realCYCLE : Créer des cycles pour les emballages flexibles (films)

Focus et questions clés

L'accent est mis sur les films en polyéthylène (PE) ou en polyoléfine (PO).

Bien que le recyclage des films PE principalement continue de progresser, il reste un certain nombre de défis et d'obstacles à surmonter pour que l'économie puisse réussir à boucler durablement son cycle. C'est notamment le cas des déchets post-consommation, qui sont difficiles à collecter et à recycler en raison d'une forte dispersion géographique, d'une contamination organique plus élevée, d'impressions importantes sur les emballages, de barrières contre l'humidité et les UV et d'emballages multicouches qui rendent le recyclage difficile.
Les emballages de plus en plus complexes qui arrivent sur le marché constituent un défi majeur de ce flux de matériaux. Un exemple : les emballages multicouches (p. ex. les laminés ou les composites) contiennent généralement des barrières qui ne sont pas compatibles avec les propriétés chimiques du PEBDL/PEBD et qui ont un effet négatif sur la coloration et la pureté du recyclé final pendant le processus de recyclage. Cela entraîne une réduction du champ d'application et de la valeur du produit recyclé. En outre, la combinaison du PEBDL/PEBD avec d'autres matériaux (typiquement le papier ou l'aluminium) et des polymères rend le recyclage difficile, voire impossible. Les emballages mal conçus, difficiles à vider et donc souvent fortement contaminés par des matières organiques, ont également un impact négatif sur les performances techniques et l'aspect visuel du produit recyclé. Les emballages composés de plusieurs matériaux peuvent être rejetés au cours de la phase de tri (et sont généralement incinérés) ou, s'ils sont correctement triés, ont un impact négatif sur les matériaux d'entrée prévus pour le processus de recyclage et sur la qualité des produits en sortie. Le papier, l'aluminium ou d'autres polymères soudés au PEBD ne peuvent pas être séparés lors du tri ou des étapes de prétraitement du processus de recyclage et sont donc extrudés avec le PEBDL/PEBD.
Les variations constantes de la qualité des propriétés du produit recyclé modifient de facto ses performances et augmentent les coûts de traitement du recyclage. Cela se répercute par conséquent sur le prix et les fluctuations des qualités et des quantités disponibles sur le marché. Aujourd'hui, le PEBD est déjà utilisé dans des systèmes en boucle fermée, ce qui signifie qu'il peut être recyclé dans les mêmes applications ou dans des applications similaires (par exemple : films rétractables, sacs de transport). Néanmoins, des quantités considérables de PEBDr sont utilisées dans des applications de niche telles que le mobilier urbain (bancs) ainsi que dans divers rayonnages et systèmes de drainage, qui sont moins exigeants quant aux propriétés du matériau recyclé. On estime qu'environ 50% du PEBDr/PEBDL mis sur le marché aujourd'hui pourraient être utilisés dans des applications de films s'il y avait une demande suffisante pour cela.

Les points suivants sont mis en avant :

  • Quel est le potentiel quantitatif disponible en Suisse pour permettre une recyclabilité effective des emballages souples selon l'état actuel de la technique, en tenant compte des aspects actuels de la "conception pour le recyclage" ?
  • Le recyclage mécanique est-il possible et judicieux (type de film, technologie de traitement, avantages écologiques) ? Existe-t-il des technologies de recyclage alternatives au recyclage mécanique qui soient pertinentes d'un point de vue écologique et économique ?
  • Comment mettre en place une logistique de collecte efficace pour les emballages souples des ménages (déchets post-consommation) ?

Objectif du projet pilote

Les emballages plastiques souples sont l'un des matériaux les plus utilisés pour une grande variété de produits, des produits alimentaires à de nombreuses applications non alimentaires. Un film plastique présente un rapport résistance/poids idéal, ce qui en fait un matériau d'emballage très apprécié. Afin de minimiser la consommation de matériaux, des films de plus en plus fins sont demandés et fabriqués. Mais pour que la résistance de l'emballage et la protection du contenu soient tout de même pleinement garanties, des barrières spécifiques et/ou d'autres couches de protection sont nécessaires pour de nombreuses applications (surtout dans le secteur alimentaire). Contrairement aux films mono-matériaux, le recyclage de ces films composites est considérablement plus difficile d'un point de vue technique, ce qui rend leur recyclage économiquement inintéressant et écologiquement douteux.

Ce sur quoi nous travaillons actuellement

La phase actuelle du projet consiste principalement à rassembler des informations et des données de base afin de créer les faits correspondants et les conditions nécessaires à une mise en œuvre dans la pratique :

  • Flux quantitatifs et potentiels (types de plastique, quantités, limites du système) en tenant compte des principaux critères de "Design for Recycling" pour les emballages souples :
    Actuellement, il n'existe malheureusement pas de données exploitables pour le marché suisse permettant de faire une réelle déclaration sur les flux quantitatifs existants et les potentiels de recyclage. Les données disponibles dans l'UE ne permettent pas non plus d'extrapoler au marché suisse. C'est pourquoi nous renonçons pour le moment à une collecte de données actuelle. En se basant sur les chiffres de 2011, on continue de supposer que la consommation annuelle de films en Suisse s'élève à environ 50'000-60'000 tonnes (plastiques principaux : PP, PE(L)LD et PEHD).
  • Logistique de collecte (point de retour, aspect volume vs poids, sélectif vs mixte, infrastructure, capacités Logistique) :
    En tant que partie de l'équipe de projet "Collecte 2025" (projet de la Dresche, économie circulaire, lancement en janvier 2022), REDILO/realCYCLE étudiera et traitera ce thème, en collaboration avec les acteurs de la chaîne de valeur.
  • Infrastructure et technologie (disponibilité CH/UE, tendances, procédés mécaniques, tri) :
    Actuellement, des informations sont rassemblées dans ce domaine thématique et la pertinence et les chances pour la Suisse sont évaluées (facteurs critiques de succès, obstacles).
    - Infrastructure et technologies disponibles
    - Capacités, profondeurs de tri et qualités
    - Processus de préparation et de recyclage
    - Etat de la technique ( ?)
    - Qualités des matières recyclées, marchés secondaires (potentiels, disponibilité)
    - Innovations (p. ex. HolyGrail 2.0, R-Cycle)

Partenaire du projet pilote

  • COOP
  • FH Ost (Campus Buchs)
  • Halba
  • Industrie MIGROS
  • Nestlé Suisse SA
  • O. Kleiner AG
  • POST CH SA
  • Semadeni Plastic Group / kunststoff.swiss
  • Wipf AG
title="Kontaktieren

Bonjour,
Merci d'être venu !

Nous sommes heureux que vous vous intéressiez aux nouveautés concernant economie circulaire durable et realcycle. A bientôt !
Votre équipe realcycle.

Nous ne spammons pas ! Lisez notre déclaration de confidentialité pour plus d'informations.